zengun

weblog » archives

2005 05 31

from Corsica with love (part one)

I bought the postcard, now I have to write the words.
I left the country, there’s a chance you might have heard.

Stina Nordenstam, From Cayman Islands with love

mur orange dans la Citadelle

Read the rest of this entry »

2005 05 24

kvetchorama

Partir sévèrement déprimé et enrhumé de Paris.
Atterrir enrhumé.
Arriver enrhumé à l’appart familial.
Apprendre que, pas de bol, le chauffe-eau est hors service.
Prendre une douche froide, en ressortir encore plus malade.
Installer Hoary sur le vieux PC sans connexion. Voir X.org refuser de démarrer parce que cette joyeuse bande de bouffons a packagé un X qui charge toujours le module pcidata, module qui évidemment n’est fourni par aucun package.

Fast forwarder une journée à peu près pas ratée, où l’on apprend que certains font ci ou ça, et que la trace d’une fille aimée jadis sera peut être retrouvée.

Être bloqué l’après midi en attendant la réparation du chauffe-eau. Jusqu’à 18h30.
Sortir trouver un cybercafé potable. Trouver un clavier merdique.

Être démotivé.

2005 05 21

sometimes more real

If you practice being fictional for a while, you will understand that fictional characters are sometimes more real than people with bodies and heartbeats.

Richard Bach, The Adventures of a Reluctant Messiah

2005 05 19

that which is nice and dandy

Fake del.icio.us links until I get off my lazy arse and start using del.icio.us (I’ll blame the lack of good Gnome-ish clients too).

Addendum to the third item: wouldn’t it be nice if there was a Firefox extension that would check the generator for a site’s feed and then allow you to add the site as a search engine if the generator is WordPress or any other tool with an easily discoverable search facility?

2005 05 18

dix doigts. un cul. une urgence.

En sortant du bureau, je dis à Mr Peer : “Bon, ce soir faudrait que je me sorte les doigts du cul et que je finisse mon nouveau layout. Tu sais, histoire de l’avoir fini avant de partir en Corse.”
En sortant du Minim’s en face, je dis à Mr Peer : “Bon, ce soir faudrait que je me sorte les doigts du cul et que je finisse mon nouveau layout. Tu sais, histoire de l’avoir fini avant que la journaliste ne visite mon blog.”

J’ai une tonne de choses à faire avant de partir deux semaines.
Et pas assez de doigts libres.

2005 05 14

moi-même

Autrefois, quand j’étais plus jeune, je me disais que je pourrais peut-être devenir quelqu’un d’autre que moi-même. Je croyais que rien n’était impossible, que je pouvais même ouvrir un bar à Casablanca et rencontrer Ingrid Bergman. Ou alors, de façon plus réaliste — laissons de côté le fait de savoir si c’était vraiment réaliste ou pas —, il m’était arrivé de penser que je pourrais mener une vie plus utile et correspondant mieux à ma personnalité. Je m’étais même entraîné à me transformer intérieurement dans ce but. J’avais lu La Révolution verte, j’avais vu trois fois Easy Rider. Mais je finissais toujours par revenir au même point, comme un bateau au gouvernail tordu. C’était ça, moi-même. Ce « moi-même » n’allait nulle part. « Moi-même » était toujours là et attendait seulement que je revienne à lui.

Fallait-il appeler ça le désespoir ?

Je n’en savais rien. C’était peut-être du désespoir. Tourgueniev aurait peut-être appelé ça la désillusion, Dostoïevski l’aurait appelé l’enfer, et Somerset Maugham la réalité. Mais, quel que soit le nom qu’on lui donne, c’était « Moi-même ».

Haruki Murakami, La Fin des Temps

2005 05 13

vendredi traez

Dicton Universal : “Vendredi treize, lundi Saez”.

2005 05 10

on corporate blogging and Apple

Hugh MacLeod makes some good points on why corporate blogging works (likely everywhere but France — the case is completely different here), but I just have to disagree about the example chosen to illustrate the alignment of A (the company’s speech) and B (the customers’ opinion).

Point 11 brings us to the need for a porous membrane between A and B, which looks like some different way to express the need for transparency. But then the example of Apple’s success just doesn’t fly.

In Apple’s case, the membrane is porous in two straight ways:

  • from A to B: when Apple issues a new product and immediately showers its customers with coolpaganda so much that they think it’s unnatural not to think the product is cool,
  • from B to A: in a much slower way, when customers blog so much that is perfectible in Apple’s product, or that they just desire from Apple; and then they wait and speculate.

There is no two-way conversation going on.
There is no transparency involved, the membrane between Apple and its customers is but a cliff.
In short, Hugh’s demonstration holds true for myriads of successful companies, but I don’t consider Apple one of them.

2005 05 08

interview anagramme: Laurent Gloaguen

Cette interview est une fiction. Chaque réponse est un anagramme du nom de l’invité.
(Le concept nous vient de davezilla.)

Michel : Le bruit court que vous réalisez un court métrage sur votre traversée du Saint Laurent, peut-on en savoir plus ? le titre par exemple ?
Laurent Gloaguen : La loutre en un gag.

Michel : Quel genre de court métrage ?
Laurent Gloaguen : Tournage nu légal.

Michel : Vous auriez renoncé à chanter sur la bande originale, est-ce parce que vous devenez vieux ?
Laurent Gloaguen : Âge nul, alto grenu.

Michel : Si vous deviez offrir un cadeau à monsieur Vanneste ?
Laurent Gloaguen : Élu glaner nougat.

Michel : Récemment, vous exprimiez une certaine lassitude vis à vis de votre milieu professionnel, pensez vous réellement qu’il aura votre peau ?
Laurent Gloaguen : Le goulag tanneur.

Michel : Vous avez décidé ces derniers mois d’être moins polémique, plus poli sur votre blog, aussi en quels termes parleriez vous de Loïc Lemeur ?
Laurent Gloaguen : Lent largue-guano.

Michel : Et de certains éphèbes adeptes du ParisCarnet ?
Laurent Gloaguen : Là, le tango nu urge.

Michel : Une pensée printannière pour conclure ?
Laurent Gloaguen : Gaule égal rut, non ?

2005 05 07

no more BSOD

No more BSOD on LongHorn! Instead, they’ll be red.